Epiphanie 2020


Une petit mot pour dire bonjour depuis Paris, où je continue à vivre très heureux, enseignant aux facultés de théologie et de philosophie des jésuites, autrement dit the Centre Sèvres.

J'y ai trouvé peu à peu ma place en tant que directeur du programme de maîtrise, tout en représentant le Centre et en accomplissant d'autres tâches dans divers endroits, notamment cette année à Rome et en Espagne. Mais la véritable aventure a été une visite en Inde, un pays que je n'avais jamais visité. J'ai été invité dans le nord-est, dans la région de Kohima (où une importante bataille de la Seconde Guerre mondiale a tenu les Japonais à distance). Un verset du mémorial aux morts de cette région est devenu célèbre.



Il y a cinquante ans, la grande province jésuite du Karnataka, dans le sud de l'Inde, a commencé un travail missionnaire parmi les peuples tribaux du Nord-East.  C'est maintenant une entreprise florissante, avec un taux de recrutement impressionnant. Certains de leurs étudiants sont ici avec nous à Paris. Dans le cadre des célébrations, ils ont décidé d'inviter quelqu'un d'Europe pour donner deux retraites pour les jésuites de la région. Entrer à ce niveau dans le monde intérieur d'un christianisme très différent, avec des défis très différents, a été profondément enrichissant. Cela m'a donné un sentiment d'espoir dans une année où, en Grande-Bretagne, en Europe continentale et aux USA, il y avait beaucoup à déplorer, surtout dans la sphère politique.

Sur une note plus légère, l'exercice impliquait aussi que je rende une visite de courtoisie à l'un des évêques locaux. En soi, c'était assez normal, même si je n'opère pas très souvent à ce niveau. Le plus surprenant est qu'il m'a reçeu non seulement avec le châle conventionnel (j'en ai accumulé plusieurs), mais aussi selon la coutume Naga, habillant le « very honoured guest» en guerrier tribal. 
 
 


Et bien qu'il n'y ait pas eu beaucoup de temps pour le tourisme, mes hôtes ont aussi généreusement organisé une merveilleuse journée pour voir le Taj Mahal - vous pouvez me voir sur l'escalier Diana (bien qu'ils n'aient pas évacué les touristes comme ils l'ont fait pour elle).

 
 

Et voici le photo de groupe des étudiants de cettte année.
 


Please do get in touch if you are passing through Paris in 2020.